Labé: SOS à Koin où 1 336 hectares de culture on été dévastés par une folle inondation.

La préfecture de Tougué est dotée d’une vaste surface arable à travers ces innombrables plaines notamment dans sa zone sud. Une zone qui a récemment été frappée par une forte inondation qui a englouti plus de 1000 hectares de diverses cultures dans plusieurs plaines précisément au sein de la sous préfecture de Koin. Au nom du Gouvernement Guinéen, une mission mixte conduite par le Gouverneur de la région administrative de Labé est allé au chevet des sinistrés.

Le maire de la Commune rurale de Koin se dit très réconforté de cette visite : «Mon premier état d’âme, c’est un état de satisfaction, de confort morale du fait que l’autorité régionale accompagné des cadres régionaux, préfectoraux et de la presse dirigé par Monsieur le Gouverneur lui-même ; du fait que cette grande mission est venue se confondre à nous pour compatir à notre douleur quand au sinistre causé par les pluies dans la plaine de la Kolloun,…» a déclaré El Abdourahmane Baldé.

Pour cette femme, l’heure est grave: «On a tout perdu, il ne nous reste plus rien. On avait tous misés sur l’agriculture, maintenant comment allons nous faire? Comment nourrir nos enfants? Laisser moi vous dire que présentement on ne dort pas bien,… » a laisser entendre Madame Mariama Ciré (habitante de Kolloun).

Saisi à propos, le président du district de Wédou Malanga, l’une des localités sinistrée nous parle selon lui, des causes de l’inondation : « Comme vous le savez ce fleuve (Kolloun) est imprévisible. Quand on estime qu’il y aura moins de pluies cette année on constate le contraire ; vis versa. La cause est qu’il n’est pas le seul fleuve qui longe cette plaine. Il se retrouve à un certain niveau avec le fleuve de Kionmaa ; c’est ce qui fait que ça déborde souvent. Cette année à cause de la grande quantité de pluviométrie enregistrée ça vraiment débordé, l’eau a stagné pendant deux semaines. » A-t-il déclaré.

Après cette visite de terrain, le Gouverneur promet de rendre compte à qui de droit ; mais avant Sadou Keita a lancé un appel aux personnes de bonne volontés afin de soutenir ces sinistrés : «je voudrais d’abord appeler tous les ressortissants, tous les voisins pour que chacun apporte un peu afin que ces populations puissent survivre; parce que rien qu’avoir ce qui se passe dans ces villages on sent que c’est véritablement des sinistrés. Mais comme qu’on connait l’humanisme qui est chez nous, je sais que tous les villages voisins vont apportés d’aucuns 1 kilo de riz, d’autre du fonio, de la patate pour les assister afin de faire passer ce moment difficile,…».

A signaler qu’au totale c’est 766 exploitations pour une quantité de semence de 93 560 qui ont été perdu dans 15 districts de la préfecture de Tougué lors de ce cataclysme. Selon des informations recueillis sur place, aucune aide n’est parvenue à ce jour  à cette population sinistrée. Sos donc à vous qui pouvez faire ne serait ce qu’un geste.

Alaidhy Sow.SAVANE 2KOIN6

 

Labé : Une fillette de 10 ans violée par un jeune de 23 ans.

Ce crime s’est passé dans le secteur Dianyabhé du quartier Madina de la commune urbaine de Labé Samedi soir. La jeune victime, a accepter de revenir sur les faits : « Je partais payer à manger quand celui-ci m’a interpeller. Il me dit, vient je vais te commissionner quelque part, j’ai répondu que mon père m’a défendu de suivre des inconnus ; ensuite il m’a menacé a l’aide d’un couteau, que si je ne le suis pas qu’il va me tuer. Terroriser et ne pouvant faire rien d’autre, je l’ai  suivit. Il m’a entrainé dans une chambre, il a fermé la porte et m’a tripoter ;… » Confie t’elle.

Pour appuyer les propos de sa fille, Monsieur Diallo explique : « Selon ma fille, une fois dans la chambre le jeune la déshabiller. Mais vu que la petite a manifesté une certaine résistance, difficilement il a pu la maitriser. Et dès que la petite a commencer a crier, le jeune a menacer de l’égorger et de cacher le corps,… »

A la question de savoir dans quelles circonstances le présumé violeur a été arrêté, Monsieur Diallo (père de la fille) répond : «Dès mon retour à la maison, ils se sont tous mises à pleurer ; et par la suite, il m’on raconter la scène. Mais vu qu’il faisait nuit, je suis d’abord allé chez le chef secteur pour l’informer. Le lendemain, matin de bonheur, j’ai tenu la main de ma fille, et elle m’a conduit chez le jeune, tout en indexant sa chambre. C’est ainsi, avec l’aide des citoyens qu’on a mi mains sur lui.»

A son tour, le présumé violeur Ibrahima nie en bloc les propos tenus par la fillette. Il soutient ne l’avoir jamais connu auparavant. Quand nous quittions sous presse ce Dimanche, le jeune était entre les mains de la police communale qui devrait le transférer d’urgence au commissariat centrale.

Alaidhy Sow.DSC00627 (1) (1)

Bras de fer entre certains membres du CROSC de Labé.

Quelques mois après le toilettage du Bureau du Conseil régional de la société civile (CROSC) de Labé, la nouvelle équipe de Monsieur Cellou Goumba semble être grippé.

La preuve est palpable par le fait qu’une méfiance et une léthargie qui ne dit pas son nom caractérisent les relations entre certains de ses membres. Sur la question, le vice président de l’institution nous parle sans langue de bois: <<J’avoue que je ne peux rien vous dire, ça va vous paraitre surprenant de la part du vice président chargé des questions politique; mais je suis obligé de vous dire que depuis l’installation de ce bureau, moi je ne me retrouve pas avec l’équipe. Apparemment, l’équipe aussi ne me comprend pas. Je n’ai participer qu’à une seule activité du CROSC,…>> a laisser entendre Idrissa Sampiring Diallo.

De son coté, le président à mandater son trésorier Maitre Moulet Ismael pour défendre son institution.                                                                            Par ailleurs, selon des informations recueillis sur place, le vice président du CROSC est perçu comme le trouble fête, c’est à dire celui qui viole souvent les principes de l’organisation.

Alaidhy Sow.labe2.jpg

Electricité : L’agence EDG Labé menace d’isoler des quartiers qui refusent de se mettre en ampoule économique.

Dans son souci de servir tous ses abonnés en électricité, l’agence Électricité de Guinée (EDG) Labé a annoncée une campagne de sensibilisation à l’usage des lampes économiques. Une option selon eux pour réduire aux stricte nécessaire la consommation électrique afin que toutes et tous soient servi convenablement.

El hadj Ibrahima Bantighel Barry, chef division administration et relation clientèle à EDG Labé explique : « Ce que, les transformateurs sont surchargés, beaucoup d’entre eux ont déjà dépassé le niveau normale. Si on ne se met pas en ampoules économique, on risque de débranché certains quartiers où des déclenchement se font tous les jours aux heures de pointe. Si je prends un exemple, une ampoule de 100 watts, consomme la valeur de 14 ampoules de 7 watts, c’est-à-dire une seule ampoule de 100 watts est égale du point de vue consommation à 14 ampoules de 7 watts. Si nous prenons un bâtiment qui à 5 ampoules de 100 watts ça fait 500 watts, les 500 watts là, quand tu les transforme en des ampoules de 7 watts ils peuvent alimentés le seule bâtiment là, ainsi que 14 autres bâtiments de 5 ampoules.»

Sur cette lancée, la direction de la société a même haussé le ton et menacé d’isoler les quartiers réfractaires.  « Donc si tout Labé se mettait en ampoule économique, Pita également, Dalaba et Timbi Madina aussi ; kinkon (Barrage situé dans la préfecture de Pita) que nous avons là de 3,5 mégawatts pourrait nous alimenter. Donc, c’est la surcharge qui occasionne les multiples déclenchements au niveau de certains transformateurs.  Donc, si dans les prochains jours, les quartiers de Madina, Konkola, Mosqée et Daka dans la commune urbaine de Labé ne se mettent pas en ampoule économique, ils se verront privées de courant électrique ; parce que nous ne sommes pas prêt à sacrifiés les nouveaux équipements, les transformateurs… » a déclaré El hadj Bantighel Barry.

A signaler que ces jours ci, nous avons été témoin d’une dispute entre des agents d’EDG et un père de famille dans le quartier Konkola. Des agents déployés sur le terrain pour couper en électricité ceux qui refuse toujours de se conformer à la nouvelle mesure se sont heurté à la résistance du chef de famille qui après avoir refusé des se mettre en lampe économique a empêcher les agents de débrancher sa maison. Finalement avec l’intervention du voisinage une solution apaisée a vite été trouver pour les empêcher d’en arrivé aux poings.

Labé, Alaidhy Sow.DSC00664

Manque de vaccin antivenimeux dans les centres de santé de la préfecture de Labé. Que font les autorités ?

Dans une brève visite qu’on a effectuée dans la commune rurale de Sanoun, une femme mordue au bras droit par un serpent a attirée notre attention.

A en croire la victime c’est dans sa tapade que l’incident s’est produit. La victime, Ramatoulaye Diallo explique : «Voila comment ça s’est passé, je travaillais dans ma tapade pour désherbé c’est dans ça que le serpent m’a surprit et m’a mordu à la main. Ensuite vu que j’étais seule il s’est enfui et je me suis rendu ici au centre de Santé avec l’aide de mon beau. » Affirme t’elle.

Dieu sait faire les choses, une mission médicale pilotée par des agents de la Direction RégionaleDPS de la Santé  et de la Direction Préfectorale de la Santé était à Sanoun dans le cadre du lancement d’une campagne. Sur ce, nous avons profiter de l’aubaine pour les interpeller. Docteur El hadj Abdoulaye Portos s’est prêter a nos questions : « Quand un serpent mord quelqu’un en brousse (dans les sous préfecture) ce qui est prévue c’est de l’évacuer à l’hôpital régional afin qu’on lui administre le vaccin approprié qui est l’anti venimeux. Pour l’instant c’est la seule solution pour ce qui est de ce genre de situation en attendant qu’on dote les centres de vaccin ou qu’eux-mêmes commandes le produit afin de pouvoir intervenir dans ce genre de situation. »

Quand nous quittions les lieux, la femme se torpillait au centre de santé à l’attente d’une aide.

Nous y reviendrons !

Alaidhy Sow

Labé : Deux cousins issus de deux frères jumeaux viennent de perdre la vie par noyade à Doghora.

Fils de deux frères jumeaux, Alpha Oumar Tely Diallo et El hadj Abdoulaye Diallo ont été retrouvé mort noyé dans un court d’eau situé au quartier Doghora dans la commune urbaine de Labé. Les corps ont été repêchés par les agents de la garde communale mercredi soir.

Sur place, on a entendue le père de l’une des victimes, Monsieur Alseny Diallo : «C’est à quelques heures après le repas de midi, qu’on nous a informé que les jeunes se sont noyés. On s’est rendu à l’hôpital, où ils nous ont fait comprendre que les corps sont toujours aux bords du cours d’eaux. Une fois sur les lieux, on a trouvé que les corps ont été déjà repêchés. Il s’agit de Alpha Oumar Tely Diallo et El hadj Abdoulaye Diallo, c’est mon fils et celui de mon frère jumeaux.» affirme t’il.

A en croire des agents de sécurité rencontrés sur place, une enquête sera ouverte dans les bref délais pour déterminée les causes exacte du drame.

DSC00770Rappelons néanmoins, qu’en début de ce mois, un corps sans vie et non identifié a été également retrouvé noyé dans le cours d’eau qui longe la résidence du Gouverneur de région. La victime a été enterrée sans l’expertise médicale, ce qui fait que la cause et les conditions de la mort de cet homme n’ont toujours pas été déterminées. Alaidhy Sow.

Législatives 2013 : Le candidat de l’UPR félicite son challengeur de l’UFDG à Labé.

Après la publication des résultats provisoires du scrutin législatif dans la circonscription de Labé, un scrutin auquel le parti d’El hadj Cellou Dalein Diallo est passé largement en tète ;  les candidats des différentes formations politiques qui étaient en lice se disent très satisfaits du processus électoral au plan local.

Battu dans les urnes, Thierno Hady Diallo de l’UPR vient de reconnaitre la victoire de son adversaire de l’UFDG : «Dans la circonscription de Labé, il faut reconnaitre que mes impressions sont les plus bonnes. Le déroulement s’est passé vraiment dans les conditions, les meilleurs. En fait, depuis la campagne on n’a pas rencontré (nous parti politiques qui étions en compétition), de difficultés. Le résultat même donne 73 pour cent d’affluence, ça c’est de la démocratie et c’était impressionnant. Moi je dis donc que les gens ont exprimés librement leurs volontés, leur choix. Et ce choix exprimé, il faut reconnaitre que le gagnant, il l’a mérité. La place qu’il a obtenue actuellement il faut le dire il l a mérité, je le félicite. Faut aussi reconnaitre que la CEPI a jouer son rôle, c’est la réalité qui a été exhumé au niveau de la centralisation;» selon le candidat de l’Union pour le Progrès et le Renouveau (UPR)  à l’uninominal dans la préfecture de Labé.

Quand à celui de l’UFDG, arrivé en tête avec 93 000 voix et qui n’attend plus que la confirmation de la cours suprême, lui se félicite également du résultat : «Par rapport au scrutin uninominal, on peut dire que Monsieur Cellou Baldé est élu sous réserve de validation de la cours suprême. Je dirais que ce sont d’abord des sentiments de joie et de satisfaction par rapport à la confiance que les citoyens de Labé on placé en ma modeste personne ; parce que quand je prends la plus part des circonscriptions en tout cas en ce qui concerne les circonscriptions de l’opposition, c’est seulement à Ratoma qu’il y’a un peu plus de voix par rapport à Labé. Donc, j’ai bénéficié de 93 689 voix de mes compatriotes de Labé, donc vraiment ça c’est n’est pas un petit poids, c’est un poids réel, un poids suffisant pour que réellement la voix de Labé soit au niveau de L’assemblée nationale. »

Mais, présentement force est de reconnaitre que l’étau se ressert davantage entre acteurs de la scène politique Guinéenne par le retrait de l’opposition du comité de la centralisation ainsi que sa demande d’annulation du scrutin.

 

Alaidhy Sow.Tno Hady Diallo UPR UFDG Cellou Baldé

Législatives 2013: Les résultats à Labé, l’UFDG est largement en tête.

Dans un entretien qui nous a été accordé, le patron de la Commission électorale préfectorale indépendante (CEPI) de Labé soutient que «c’est un travail de titan qui a été abattu» par son équipe et ses démembrements car selon lui, «pour qui connait le climat qui règne à Labé, il n’est pas facile de gérer des élections.»

 

 

Ensuite, Elhadj Bhoye Barry s’est employé à nous proclamé les résultats des deux scrutins : « Nous avons déjà affiché les résultats de chacun. Pour la proportionnelle retenez que Elhadj Mdou Saliou Bah de l’UPR à 1701 voix, Lansana Kouyaté du PEDN à 393 voix, Dr Saliou Bela Diallo de Hafia 573 voix, Daouda Camara du NGR 242 voix, El alpha Ibrahima Syla Bah du PGRP 662 voix, Jean Marc Telliano RDIG 228 voix, Moussa Solano PUP 223 voix, Dr Ibrahima Sory Diallo ADC BOC 102 voix, Boubacar Barry de l’UNR 485 voix, Mdou Diawara PTS 536 voix, Hdja Nantenin konaté du RPG arc en ciel 5060 voix, Olomo Konie Kourouma de l’UGDD 323 voix, Sidya Touré de l’UPR 1854 voix, Ibrahima Kassory Fofana GPT 199 voix, Dr Sekou Benna Camara GUD 1377, Mamadou Cellou Dalein Diallo de l’UFDG 100.760 voix, Elhadj Diao Kanté du GRUP 162 voix, Alpha Souleymane Bah du PNR 248 voix, Mdou bah baadiko de l’UFD 420 voix, Jean Marie Doré UPG 244 voix, Mohamed Touré PDG RDA 125 voix, Charles Pascale Tolno PPG 393 voix.»

A l’uninominale,  5 partis politique étaient en lice à Labé à en croire Elhadji Barry : «Nous avons donc, le parti Afia qui a obtenu 4117 voix, UFDG 93 689 voix, UFD 1938 voix, le RPG 6670 voix et l’UPR qui a 5882 voix ; voila les résultats qui nous sont parvenu au niveau de la CEPI de labé. » a déclaré son président.

 

A noter que ces résultats doivent être acheminés à Conakry la capitale pour la centralisation finale.

Alaidhy SowVOTE6

Fete de l’independance à labé: l’adresse des autorités locales aux populations.

Après Boké dans le Kakandé profond, cette année, c’est la ville de N’Zérekoré qui a accueilli les festivités commémoratives du 55e anniversaire de l’indépendance de la Guinée obtenue en 1958 sous la direction du président Ahmed Sékou Touré.

 

 

 

 

Sekou ToureA Labé, c’est une foule complexe qui s’est rendue tôt dans la matinée de ce mercredi à la place des martyrs située à l’esplanade du palais de la Kolima. Comme prévu, c’est à 10 h que les autorités accompagnées chacun de son staff sont arrivées.

 

 

La valse de discours officiels a été ouverte par le préfet qui a commencé par rendre un vibrant hommage aux martyrs. Il a ensuite fait un bref rappel historique de la date  tout en livrant un message de paix. « Chers citoyens et citoyennes de Labé, ce 2 octobre 2013 est particulier car elle se trouve au lendemain du 28 septembre 2013 jour du scrutin législatif tant attendu qui marque la fin d’une longue transition. Nous profitons de l’occasion pour adresser toute nos félicitations et notre reconnaissance pour cet esprit de civisme à toute la population en général, mais aux 164 900 électeurs en particulier. Ceci, pour le vote dans la paix, le calme et surtout le taux élevé de participation. Nous souhaitons que cette paix avant et pendant l’élection se poursuive après la proclamation des résultats…», a affirmé le commandant Mamadou Lamarana Diallo.

 

Ensuite, à son tour le gouverneur de région Mr Sadou Keita  y est allé de son laïus. « Le 2 octobre 1958, nous avons proclamé notre indépendance nationale, le 28 septembre 2013 le peuple s’est levé pour mettre fin à la transition, le 02 octobre 2013 nous voilà engagés dans la démocratie. Ce sont des repères qui font l’histoire de notre peuple, qui font la mémoire de notre pays ; il faudrait qu’on sache les respecter. Avant le 28 septembre 1958, nous vivions la vie que nous avons vécue pendant la transition. Il y avait toute sorte d’union dans ce pays, union manding, union soussou, union forestière, union métis etc.…; le pays était divisé.

 

Labe20ct2Mais, pour le bien de notre peuple, toutes ces unions se sont retrouvées en une seule : Le PDG (le parti démocratique de guinée) pour arracher l’indépendance de notre pays. Et à partir du 02 octobre, nous avons proclamé notre indépendance dans l’unité et nous avons assumé notre indépendance en se disant que le peuple doit être uni et faire face à un ennemi commun, l’impérialisme international. Et aujourd’hui, notre démocratie doit faire face à notre pauvreté cruelle. Nous sommes un pays riche de ses ressources naturelles, mais extrêmement pauvre, et particulièrement notre région, c’est une région d’extrême pauvreté où les 65 pour cent des populations vivent en dessous du seuil de pauvreté absolue…. »

 

Pour fermer le chapitre des discours, le premier vice maire qui a représenté  Elhadj Amadou Thiam en déplacement, a appuyé les propos de ses prédécesseurs : « Au nom du président du conseil communale de Labé, je dis merci à toutes et à tous d’avoir répondu nombreux à cette rencontre. Il me charge également de vous transmettre son message de paix et de cohésion sociale pour l’épanouissement de notre cher pays… », a déclaré Hadja Tiguidanké Diallo.

Alaidhy SowPrefet 02 oct (1)

Legislatives à labé: Des jeunes reclament des primes au parti de Bah Baadiko qui reagit.

Pendant que les yeux des Guinéens restent rivés sur l’institution en charge du vote pour la proclamation des résultats provisoires du scrutin tenu le samedi 28 septembre dernier, des jeunes qui ont défendu les couleurs du parti de Mamadou Bah Baadiko (président de l’UFD lors de ces joutes électorales)  dénoncent un non respect du contrat qui les liait au parti. Tel est le constat que nous avons fait sur place.

 

 

 

En effet, nous avons entendu le porte parole des jeunes : « Je m’appelle Laye Condé, je suis délégué du parti UFD de Mamadou Bah Baadiko. Ils nous ont choisis pour aller les représenter dans les différents bureaux de vote. Le travail a été fait, maintenant ils doivent à leur tour nous payer. Ils nous ont répondu qu’ils n’ont rien à nous donner que nous sommes au compte du NDI (national democrate institute) et donc, c’est le NDI qui doit nous payer. Or, que nous avons échangé avec des membres du NDI qui nous ont fait comprendre qu’ils ne sont dans les différents bureaux de vote  que pour accompagner les délégués des partis politique ; et c’est aux partis de payer les délégués. »

Poursuivant son intervention, Mr Condé revient un peu en arrière pour nous éclairer la lanterne : « Auparavant, ils nous ont programmés  d’aller chercher les ordres de missions dans un café ; on les a cherchés. Mais vu qu’on été sceptique, on a aussitôt réclamé les primes. Ils nous on dit non, aller travailler seulement, ne vous inquiéter pas aller travailler. Donc, après tout le boulot on a réclamé notre argent ils disent qu’ils n’ont rien pour nous.  On a appelé le président  Baadiko qui nous a dit : « Allez nous dénigrer partout   vous voulez, nous sommes prêts, on n’a peur de rien ». »

 

Pour recouper l’information, nous avons joint au téléphone le président de l’UFD Mr Mamadou Bah Baadiko nous a fait comprendre que ces jeunes ont déjà reçu ce qu’ils devaient percevoir au prés du NDI qui a assuré personnellement leurs prise en charge : « Demander à ces jeunes de vous fournir s’ils ont des documents attestant qu’on leur doit quelques chose. D’ailleurs, le NDI les a déjà payés une somme que je me réserve de vous dire ici. C’est juste des jeunes qui veulent faire du chantage et du dénigrement à l’endroit de l’UFD qui sont allés vous rencontrer, c’est tout », déclare-t-il dans un entretien qu’il nous a accordé.

 

Pour l’heure, aucun responsable de NDI n’a pu être joint par notre rédaction pour trancher entre ces deux parties.

 

Nous y reviendrons.

Alaidhy Sowlabe2.jpg